Alertes à l'action

La crise du logement aux États-Unis est un problème de femmes

mai 9, 2024

Quel est l’état actuel des inégalités en matière de logement aux États-Unis ?

L’inégalité en matière de logement est une forme d’inégalité économique dans laquelle les individus n’ont pas les mêmes chances de vivre dans un environnement sûr, à l’abri des dangers, des menaces ou des obstacles qui les empêchent de prospérer. L’escalade du coût de la vie, aggravée par les effets de la pandémie de COVID-19, a exacerbé l’insécurité du logement pour des millions de personnes. Une enquête nationale menée en août 2021 a révélé que 3,7 millions de personnes interrogées ont indiqué qu’il était « très probable » ou « assez probable » qu’elles soient expulsées au cours des deux mois suivants. En outre, 7,7 millions de personnes ont été signalées comme étant en retard dans le paiement de leur loyer. Avant la pandémie, l’insécurité du logement était très répandue parmi de nombreux Américains.

Les données d’une enquête réalisée en 2019 montrent que 37,1 millions de ménages (locataires et propriétaires) ont été identifiés comme étant« soumis à une charge financière« , ce qui signifie qu’ils consacrent plus de 30 % de leurs revenus aux dépenses de logement. Parmi eux, 17,6 millions de ménages étaient considérés comme subissant une charge financière importante, consacrant plus de 50 % de leurs revenus au logement. Les personnes qui consacrent 30 % ou plus de leurs revenus aux frais de logement disposent de ressources mensuelles minimales pour répondre à d’autres besoins essentiels tels que l’alimentation, l’habillement, les services publics et les soins de santé.

Qu’est-ce que l’insécurité du logement et comment les gens la vivent-ils ?

L’idée que l’insécurité du logement est synonyme de sans-abrisme est une idée fausse pour beaucoup. La réalité de l’insécurité du logement englobe un large éventail de problèmes :

  • La lutte pour trouver et conserver un logement abordable et sûr
  • Risque permanent d’expulsion
  • Recourir à des modes de vie temporaires tels que les hôtels, les refuges ou le couch-surfing.
  • La pression financière pour payer le loyer ou les charges
  • Recours au crédit pour les dépenses de logement essentielles
  • Sentiment d’être piégé dans des conditions de vie dangereuses en raison d’alternatives limitées
  • Conséquence ultime de la perte de son domicile ou de sa résidence

Si l’insécurité du logement peut toucher n’importe qui, elle a un impact disproportionné sur les groupes marginalisés, notamment les personnes non blanches issues de la classe ouvrière, les victimes de violences domestiques, les personnes handicapées, les anciens jeunes placés en famille d’accueil, les membres de la communauté LGBTQIA+, les parents isolés, les migrants, les personnes ayant une faible solvabilité, les anciens détenus, les personnes souffrant de problèmes de santé chroniques et d’autres personnes que les pratiques discriminatoires ont systématiquement marginalisées. Cette disparité résulte de systèmes sociétaux et d’institutions qui fonctionnent avec des préjugés fondés sur ces caractéristiques.

Pour beaucoup, il suffit d’une dépense imprévue ou d’une situation d’urgence pour basculer dans l’insécurité du logement. La pandémie de COVID-19 a illustré cette vulnérabilité, prenant de nombreuses personnes au dépourvu et entraînant des problèmes de logement imprévus. Les retombées économiques des pertes d’emploi pendant la pandémie ont contraint certaines survivantes à échanger des faveurs sexuelles contre des produits de première nécessité ou à continuer à vivre avec leurs agresseurs. Au-delà du risque de violence sexuelle, les personnes sont confrontées au surpeuplement, à la nécessité de déménager fréquemment et aux pressions de l’embourgeoisement. En outre, la pandémie a donné lieu à des cas où les propriétaires ont exploité la situation en exigeant des relations sexuelles de la part de femmes vulnérables en guise de paiement du loyer.

Comment l’insécurité du logement affecte-t-elle les femmes ?

L’insécurité du logement est profondément liée aux questions de racisme et de normes de genre, frappant le plus durement ceux qui sont marginalisés par la discrimination raciale et la discrimination de genre. Cette inégalité multiforme se manifeste de diverses manières, notamment par des pratiques de prêt discriminatoires de la part des banques, le harcèlement des propriétaires, des disparités salariales et une plus grande probabilité de dépendance financière résultant de la violence domestique. Un logement sûr et abordable reste hors de portée pour de nombreuses personnes en raison de ces obstacles systémiques et de l’insuffisance des filets de sécurité sociale. Les cas de violence sexuelle peuvent conduire à l’éloignement du foyer familial, ce qui a un impact considérable sur les femmes et les anciens jeunes placés en famille d’accueil. En revanche, le rejet par les familles affecte les personnes LGBTQ+ de manière disproportionnée, les empêchant souvent de trouver un logement stable.

L’écart de rémunération entre les hommes et les femmes exacerbe ces problèmes, les femmes, en particulier celles de couleur, gagnant nettement moins que leurs homologues masculins pour le même travail. Cet écart est mis en évidence par les données du National Women’s Law Center, qui montrent que les femmes gagnent en moyenne 82 cents pour chaque dollar gagné par les hommes, avec des écarts encore plus importants pour les femmes de couleur. La surreprésentation des femmes dans les emplois à bas salaires limite encore leurs possibilités de logement et accroît leur vulnérabilité à la discrimination en matière de prêt. Des études ont montré que les hommes gays et bisexuels gagnent moins que les hommes hétérosexuels, et que les femmes transgenres sont confrontées à des baisses de salaire importantes après la transition, ce qui réduit leur capacité financière à obtenir un logement.

En outre, les personnes LGBTQ+ sont plus exposées à la violence dans les situations d’absence de chez-soi, une grande partie des personnes transgenres étant victimes d’agressions sexuelles dans les centres d’hébergement. Ces circonstances désastreuses piègent souvent les victimes dans des conditions de vie dangereuses, dans des emplois où elles sont exploitées, ou dans la rue sans abri adéquat. La peur de perdre la garde des enfants peut paralyser les parents isolés et les empêcher de chercher de l’aide. Dans le même temps, le stress lié à ces conditions pèse lourdement sur le bien-être physique, mental et émotionnel.

Que pouvons-nous faire ?

Alors que nous naviguons à travers les complexités de la crise du logement aux États-Unis, il devient évident que cette question est profondément imbriquée dans le tissu de l’inégalité des sexes et de l’inégalité raciale. Les dures réalités auxquelles sont confrontées les femmes, en particulier celles issues de communautés marginalisées, soulignent l’urgence d’une réforme globale et d’un soutien ciblé. L’impact disproportionné sur les femmes et les personnes LGBTQ+ remet non seulement en question nos normes sociétales, mais aussi l’efficacité de nos politiques de logement et de nos systèmes de soutien actuels.

Il est donc impératif que chacun d’entre nous – décideurs politiques, responsables locaux, activistes et citoyens – plaide en faveur de solutions de logement inclusives et équitables. Il s’agit notamment de promouvoir des réformes politiques qui s’attaquent aux causes profondes de l’insécurité du logement, telles que l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, les pratiques discriminatoires en matière de prêt et de logement, et le manque d’options de logement abordable. Nous devons également nous efforcer de renforcer les filets de sécurité sociale et les systèmes de soutien pour les personnes touchées par la violence domestique, le sans-abrisme et la discrimination.

Votre voix est essentielle dans cette lutte pour la justice en matière de logement. Engagez-vous auprès des groupes de défense du logement locaux et nationaux, soutenez les politiques qui promeuvent des pratiques de logement équitables et sensibilisez aux dimensions sexospécifiques de l’insécurité du logement. Ensemble, nous pouvons tendre vers un avenir où chacun pourra accéder à un logement sûr, abordable et équitable. Ce droit fondamental ne doit pas être compromis par le sexe, la race ou le statut socio-économique d’une personne. Ne soyons pas les spectateurs de cette crise. Il est temps d’agir, de plaider pour le changement et de soutenir les initiatives visant à supprimer les obstacles à l’égalité en matière de logement. Le chemin vers la résolution de la crise du logement est long et semé d’embûches. Néanmoins, nous pouvons ouvrir la voie à une société plus juste et plus inclusive grâce à un effort collectif et à un engagement sans faille.

Related Stories

Read Article

La crise du logement aux États-Unis est un problème de femmes

Read Article

OPPOSEZ-VOUS AU H.B. 1118

Read Article

Floyd sait danser !

What can we help you find?